Régions Ouest Tlemcen
 

Ghazaouet

Lutte sans merci contre les décharges sauvages

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 10.01.18 | 12h00 Réagissez

 
	Remplacer les ordures par la verdure !» Tel est le maître mot d’une opération pour la protection de l’environnement, à laquelle les initiateurs veulent sensibiliser la population pour améliorer le cadre de vie et débarrasser définitivement la ville des «points noirs» qui défigurent son image de ville côtière touristique.
Remplacer les ordures par la verdure !» Tel est le maître mot...

Depuis leur installation à la tête de l’APC, les nouveaux locataires de la mairie entreprennent une vaste opération environnementale qui vise principalement l’éradication des décharges sauvages.

Cette louable initiative est l’œuvre des élus responsables de la commission de l’hygiène et de la protection de l’environnement, qui se démènent sans répit pour se débarrasser de ces souillures qui se sont formées dans les quartiers. Ils affichent une grande détermination à en finir avec ces points noirs qui enlaidissent l’image de la ville.

En fait, la prolifération de ces décharges sauvages est le résultat d’un incivisme effréné qui prend des proportions inquiétantes et dégrade le cadre de vie à vue d’œil, d’une part, et du laisser-aller affiché par les services communaux lors de la période de transition, d’avant les élections locales, d’autre part.

Face à cette situation pour le moins déplorable, les autorités de la commune, fraîchement élues, se disent déterminées à mettre tous les moyens humains et matériels nécessaires pour mener à bout cette opération jusqu’à l’éradication totale de toutes les décharges sauvages. Une mission qui s’annonce plus au moins laborieuse, tant l’incivisme est bel et bien devenu un comportement spontané. Quelques citoyens, du moins ceux qui sont sensibles à la cause environnementale, se sont réjouis de cette initiative, certains ont même retroussé leurs manches pour y participer. L’opération consiste à nettoyer les sites souillés et à y planter des arbres.

Remplacer les ordures par la verdure ! En voilà une belle action pour la protection de l’environnement par laquelle les initiateurs veulent sensibiliser la population à y adhérer pour améliorer le cadre de vie et débarrasser définitivement la ville des «points noirs» environnementaux qui défigurent son image de ville côtière touristique. Il est cependant clair que le succès de cette vaste action environnementale est tributaire en grande partie de la participation de la population.

En effet, la tâche ardue qu’accomplissent les services de l’environnement de l’APC ne suffit pas pour endiguer toute l’insalubrité qui règne dans les quartiers et les lotissements d’habitation, si les habitants ne s’y mettent pas. Malheureusement, à la surprise de ces jeunes écolos, la question de la protection de l’environnement n’est pas d’actualité chez bon nombre d’habitants. Le comportement de certains d’entre eux en matière d’hygiène est déconcertant, et, l’image affreuse de ces sacs remplis de détritus entreposés dans les encoignures des maisons en attendant d’être ramassés par le service de la voirie de l’APC est omniprésente.

Ces agissements néfastes ont atteint aussi des sites forestiers féeriques très prisés par les promeneurs et les randonneurs, à l’image d’El Bouti, devenu, face au mutisme et à l’indifférence des forestiers, un dépotoir des décombres de chantiers du bâtiment, tels que du plâtre, du goudron, du ciment. Sans pour autant évoquer la multiplication de ces décharges qui ternissent les abords de la forêt. Ce constat amer conduit à une conclusion qui est la nécessité d’un engagement de tout un chacun en faveur d’un environnement plus propre, plus sain.

De l’avis de tous, «il est aussi nécessaire, voire obligatoire, que cette action de sensibilisation à la protection de l’environnement soit complétée par une phase répressive. Il faut sévir contre les personnes irrespectueuses de l’environnement. Il est indispensable d’exercer une surveillance continue au niveau des lieux de dépôt des ordures et décharges, quitte à déployer les gros moyens et que des mesures coercitives exemplaires soient prises à l’encontre des contrevenants». «La sensibilisation sans répression n’aboutit pas aux résultats escomptés. Il y a toujours des personnes sans scrupules qui ne respectent rien, encore moins l’environnement, capables, en une fraction de seconde, de démolir le travail de sensibilisation de toute une année. Ces personnes doivent être sévèrement pénalisées», suggère un habitant.
 

O. El Bachir
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...