Régions Kabylie Bejaia
 

Colloque sur l’environnement à Béjaïa

Des recommandations et des attentes

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 03.04.18 | 12h00 Réagissez

 
	La préservation de la nature est le credo de Eco-Verte d’Amizour.
La préservation de la nature est le credo de Eco-Verte...


Les travaux de la deuxième édition du colloque «Journées écologiques», organisé du 22 au 24 mars dernier au siège de l’APW et au centre culturel d’Amizour par l’association Eco-Verte de la même ville, ont été sanctionnés par des recommandations visant à créer de nouvelles démarches dans le domaine de la sensibilisation sur l’environnement.

L’objectif est d’exhorter l’administration à l’application stricte des lois, ainsi qu’à la création d’autres structures pour appuyer le dispositif existant de protection du patrimoine écologique.   

Le rapport du premier atelier, animé par le juriste Youbi Sadi et le militant associatif Ouaret Mokrane, qui a traité du thème  «La préservation de l’environnement : texte de loi, réalité et acteurs», a mis le doigt sur la nécessité de décentraliser la décision administrative concernant les questions de l’environnement, en plus de l’application effective des lois. Ils ont également appelé les autorités à «considérer les associations comme des partenaires à part entière et à participer au financement des projets et faciliter l’accès des organisations à l’information».

Sur les 12 recommandations élaborées au cours de cet atelier, l’une d’elles s’intéresse à l’école, ou éco-éducation, où il a été suggéré «la confection d’un manuel scolaire sur la préservation de l’environnement et la généralisation des clubs verts à travers les établissements scolaires».

Au cours du deuxième atelier, Abada Lemnouar, professeur et expert dans la gestion des déchets, et Khaldi Sofiane, membre de l’association Tichy la Verte, se sont penchés sur «L’état de l’environnement à Béjaïa et les perspectives». Après avoir dressé un constat alarmant sur la situation, les participants ont souligné l’importance de «la réactivation de la police de l’environnement et la création des brigades d’hygiène et de l’environnement dans chaque commune».

Aussi, il a été recommandé la création de «nouvelles filières universitaires spécialisées dans l’économie verte». Parmi les 24 recommandations formulées, il est suggéré «l’organisation d’un événement régional annuel et des assises sur la question environnementale», ainsi que «la création de zones d’activité et la multiplication des entreprises de recyclage à l’aide du dispositif d’aide à l’emploi des jeunes et la protection des forêts et du littoral de la mafia du foncier».

Les adhérents au dernier atelier ont, quant à eux, mis l’accent sur «le rôle et l’implication des entreprises dans l’environnement».

Selon l’ingénieur en environnement et président de l’association Tikintoucht, Guenana Loucif, les participants ont estimé qu’il faut faire en sorte d’«inciter les entreprises à investir dans la protection de l’environnement en se dotant des nouvelles techniques de gestion des rejets industriels et la formation du personnel sur l’écologie avant d’interpeller les organismes de l’Etat à jouer leur rôle de contrôle dans  le respect des normes par les unités industrielles». Cette manifestation, à laquelle 200 personnes ont participé, a été parrainée par l’APW de Béjaïa, qui a annoncé, à l’occasion, officiellement, le lancement du concours du village le plus propre.

 

Le concours du village le plus propre lancé

Lors de l’ouverture des travaux de la deuxième édition du colloque national sur l’environnement, Mehenni Heddadou, président de l’APW de Béjaïa, qui a collaboré à l’organisation de cette rencontre, a profité de l’occasion pour lancer officiellement «le concours du village le plus propre» dans la wilaya de Béjaïa.

Dans un communiqué rendu public, le pésident de l’APW, en précisant que «les modalités de participation et de candidature seront communiquées ultérieurement», a appelé «les comités de village, les collectifs citoyens à y participer activement».

Pour lui, cette initiative traduit la volonté de l’APW d’apporter «sa contribution dans l’action de l’hygiène publique, notamment par l’octroi de moyens financiers et l’acquisition de matériel».

«Car, ajoute le communiqué, la gestion des déchets et l’hygiène de nos villes et villages sont des questions qui nous préoccupent en tant qu’élus et qui doivent trouver les réponses nécessaires pour éviter à notre wilaya une catastrophe écologique». N. D.

Nordine Douici
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...