Régions Kabylie Bejaia
 

Café littéraire d’Aokas

Bouzid Boumezoued présente A l’ombre d’une Chapelle

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 15.05.18 | 12h00 Réagissez

Le café littéraire d’Aokas a accueilli, samedi au centre culturel Rahmani Slimane, l’écrivain Bouzid Boumezoued, qui a présenté son Roman A l’ombre d’une Chapelle, actuellement disponible sur le marché.

C’est dans une salle archicomble de ses admirateurs que l’enfant de la commune de Darguina, 65 ans, a exposé les grandes lignes de son ouvrage, qu’il a commencé à écrire en 2015. Cette rencontre a permis à l’un des habitués du même Café littéraire d’affronter le public et ouvrir un débat tellement passionnant devant les siens.

L’écrivain, contrôleur aérien à la retraite, dit avoir relancé dans son roman l’histoire de la guerre de Libération dans la région est de la wilaya de Béjaïa. Il remet au goût du jour l’ampleur non dévoilée de la torture exercée par l’armée française dans la région. Dans ce sens, il révèle qu’une salle de l’usine hydroélectrique de Darguina a été réservée à cet effet. Des Algériens sont éjectés par un canal d’évacuation rapide de l’eau de l’usine qui déverse à plus de 10 km en bas, à Oued Agrioune. «Henri Alleg, qui a écrit le livre La Question sur la torture généralisée pendant la guerre d’Algérie, ne devait pas être renseigné sur ce centre de torture improvisé», a-t-il annoncé devant l’assistance.

L’écrivain dit encore qu’il découvre des jours exaltants de la guerre d’Algérie. Il casse le tabou en abordant des actes abjects commis même par des moudjahidine sur leurs compatriotes, parfois pour des raisons subjectives. «Des moudjahidine ont exécuté des Algériens innocents pour des règlements de comptes et des objectifs personnels» a-t-il renchéri. Il se rappelle ainsi de ce boulanger à Darguina dont une bonne partie de ses produits était destinée au maquis, mais exécuté car considéré comme harki.

L’écrivain a fait revivre ces actes atroces pratiqués par l’armée française, mais aussi par des Algériens à l’encontre des leurs, avec des personnages réels. Il traite ces faits dans un style pas trop fictif, où les questions identitaire et culturelle d’une Algérie plurielle sont également mises en avant.
 

Salim Nasri
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...