Régions Est Skikda
 

Ancien hôpital de Skikda

La thrombolyse en vulgarisation

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.04.18 | 12h00 Réagissez

 
	Une affluence importante des citoyens
Une affluence importante des citoyens

Plusieurs services de l’ancien hôpital de Skikda ont eu dernièrement à recourir à un véritable travail de proximité, à l’occasion des activités programmées dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la santé.

Les stands proposés par la direction de l’ancien hôpital, en plus de l’exposition d’un ensemble de statistiques et d’équipements récemment acquis par l’enceinte, ont surtout été valorisés par la présence d’un personnel médical et paramédical.

Ce dernier s’est livré à un important travail de sensibilisation et de vulgarisation, en direction des visiteurs, même si le stand réservé aux maladies cardio-vasculaires aura été le plus prisé. Normal, pourrait-on de dire, puisque la ville de Skikda enregistre chaque année plus de 5000 cas d’infarctus du myocarde (IDM), dont une partie s’avérera mortelle, selon des sources hospitalières.

Les médecins réanimateurs présents à cette occasion se sont essentiellement adonnés à une approche de sensibilisation et aussi à faire part des capacités médicales dont dispose leur service pour traiter à temps la thrombose «Encore faudrait-il que le malade arrive au service dans un délai ne devant pas dépasser les six heures depuis l’apparition des symptômes de l’IDM», explique un médecin réanimateur de l’ancien hôpital de la ville, qui, selon ses dires, reste en mesure de prendre en charge ce genre de pathologie causée par l’occlusion brutale d’une artère coronaire par une thrombose (un caillot de sang).

«Rien que pour le premier trimestre de l’année en cours, on a eu à soulager 20 cas d’IDM, qui étaient venus à temps à nos services. Pour l’année 2017, nos services ont également eu à intervenir efficacement dans 66 cas, grâce à la thrombolyse, qui représente une technique médicale pratiquée en urgence en vue de dissoudre le caillot de sang qui obstrue une veine coronaire.

C’est pour cette raison que nous insistons auprès des citoyens sur le facteur temps», ajoute-t-elle. A une question relative à l’absence de la pratique de l’angioplastie au niveau de la wilaya de Skikda (pose d’un stent), elle dira que cela est surtout dû à l’absence d’un service de coronarographie, et d’estimer que «ce manque est comblé par l’alternative de la thrombolyse que nous pratiquons et qui permet de sauver en urgence le malade».

Elle tiendra également à rapporter qu’en plus de la prise en charge de la thrombose de l’IDM, l’ancien hôpital de Skikda est appelé, bien avant la fin de l’année en cours, à pratiquer la thrombolyse de l’accident cardio-vasculaire (AVC) «Un personnel médical et paramédical est actuellement en formation pour ce faire», conclut-elle.

Khider Ouahab
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...