Régions Est Jijel
 

Djamaâ El Kebir à El Milia (Jijel)

Un édifice emblématique classé patrimoine historique

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 12.04.18 | 12h00 Réagissez

 
	Après les travaux de rénovation, le site pourra accueillir jusqu’à 2000
Après les travaux de rénovation, le site pourra accueillir...

Djamaâ El Kebir, à El Milia, la plus ancienne mosquée de la ville de par son histoire qui remonte au début du siècle passé, lorsqu’elle a été construite par les habitants, en réaction directe à la réalisation d’une église par les colons, peut désormais compter sur l’appui du ministre des Affaires religieuses pour son classement comme patrimoine historique.

C’est d’ailleurs le vœu exprimé par Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses, lors de sa dernière visite dans cette ville et au cours de laquelle il a demandé à ses interlocuteurs qui lui expliquaient l’histoire de cette mosquée de lui transmettre un dossier aux fins d’étudier cette éventualité. «Nous allons en discuter avec le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, pour lui faire part de cette proposition», a-t-il dit, en écoutant les explications de Ammar Boulahia, ex-imam de cette mosquée et actuellement cadre à la direction des affaires religieuses.

Dans son exposé, ce dernier a remonté l’histoire de ce lieu de culte pour revenir à l’année 1904, lorsqu’un habitant de la ville, Youcef Arab, a fait don d’un lot de terrain de 1200 m2 pour la construction de cet édifice religieux. «Le terrain était surélevé par rapport à l’emplacement de l’église, c’était pour faire de cette mosquée une citadelle et un symbole de la ville», a-t-il expliqué. Ce lieu de culte a, par la suite, intégré le mouvement réformiste national conduit par Cheikh Abdelhamid Ben Badis et a vu l’émergence d’érudits cheikhs de la région, tels Mohamed M’barek El Mili, Cheikh Ben Atik et autres. Les travaux de sa réalisation ont duré jusqu’à 1915, date à laquelle il a été inauguré pour une capacité de 300 fidèles.

Après son extension et les travaux de rénovation qu’il connaît actuellement, cet édifice peut accueillir jusqu’à 2 000 personnes. Outre son minaret et son horloge antique, une fresque historique d’origine romaine est à ce jour préservée à l’intérieur de la grande salle de prière. La mosquée Djamaâ El Kebir d’El Milia reste le repère de toutes les mosquées qui ont émergé un peu partout dans les quartiers de la ville. Elle a été un bastion de la résistance à l’islamisme radical durant les années de lutte contre le terrorisme, même si elle a toujours fait l’objet de convoitise de la part de ces mêmes courants pour la mettre sous leur coupe.

Pour les fidèles et les habitants de la ville, Djamaâ El Kebir doit garder cette vocation de lieu de rayonnement d’un islam tolérant et médian pour faire face à ces courants radicaux qui tentent de porter atteinte au référent religieux national, comme l’a si bien dénoncé le ministre.

Amor Z.
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...