Régions Est Jijel
 

Destruction des dunes littorales de Sidi Abdelaziz (Jijel)

Des scientifiques dénoncent une atteinte à l’écosystème

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.04.18 | 12h00 Réagissez

 
	En dépit de toutes les réactions, le mal est déjà fait
En dépit de toutes les réactions, le mal est...

Au nord de la commune de Sidi Abdelaziz, des dunes littorales ont été détruites.

Des engins les ont balayées pour les besoins de réalisation d’un programme de logements, portant atteinte à l’ensemble de tout un écosystème. «On aurait voulu qu’elles soient classées comme site protégé pour leur valeur écologique», regrette Hanane Khennouf, maître-assistante au département des sciences de l’environnement et sciences agronomiques de l’université de Jijel que nous avons rencontrée sur place.

Si pour cette spécialiste de l’environnement, le constat est des plus cruels quand elle assiste impuissante à la destruction de la biodiversité de ce site, pour les usagers de la RN43, traversant cette commune côtière, c’est plutôt l’image de blocs d’habitations orientés vers le nord, cachant la mer à tout un village, émergeant de ces dunes, qui accroche d’emblée le regard.

Des bâtiments formant un ensemble de 140 logements socio-locatifs et 100 autres publics aidés ont, en effet, été érigés en lieu et place de ce cordon dunaire, agressant un site qui intéresse les chercheurs universitaires et soulevant, de surcroît, l’étonnement de par leur emplacement. «Ils ont porté atteinte au charme du littoral, le site a été défiguré», dénonce-t-on souvent à la vue de ces blocs. Intéressée par la préservation de ces dunes en vue de leur protection, la communauté scientifique trouve anormal qu’aucune étude d’impact sur l’environnement n’ait été lancée avant l’implantation de ce projet.

Contactés, des responsables directement concernés par la réalisation de ces logements ont affiché leur étonnement face à un tel intérêt pour ces dunes. «Je ne sais pas si cela pose problème», dira le directeur du logement que nous avons contacté pour lui faire part du point de vue de la communauté scientifique. «On raconte n’importe quoi, c’est facile de dire ce qu’on veut quand on est loin de la responsabilité», réagira pour sa part le P/APC de Sidi Abdelaziz.

Ces réactions témoignent, cependant, de ce monde d’incompréhension qui sépare une communauté scientifique, retranchée dans ses laboratoires, et les responsables en charge de la réalisation de projets ayant un impact sur l’environnement, qui semblent n’avoir pas d’avis à prendre des recherches effectuées à l’université. Au-delà de ces réactions et de l’intérêt des études scientifiques dans la protection de l’écosystème et du patrimoine naturelle, le mal est déjà fait à Sidi Abdelaziz.

Des dunes ont été décimées sans que cela alerte sur leur destruction. Ce drame écologique n’a d’ailleurs éveillé l’intérêt d’aucun organisme sans la réaction de ces scientifiques. Pour l’histoire, le site de ces dunes d’une superficie de 5 ha, appartenant au domaine forestier, a fait l’objet d’une distraction pour la réalisation de ces logements dans le cadre d’un programme qui remonte à l’année 2012.

Zouikri Amor
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...