Régions Est Actu Est
 

Main basse sur le foncier «industriel» à Souk Ahras

Le phénix va-t-il renaître de ses cendres ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.01.18 | 12h00 Réagissez

Les structures d’accueil sont désormais remises à l’ordre du jour pour maintes raisons, dont celle de la volonté des autorités locales de diversifier les recettes et les créneaux d’investissements viables.

Face aux campagnes de dénonciation contre la dilapidation du foncier et l’engagement des pouvoirs publics dans la voie d’un assainissement tous azimuts d’un investissement productif, qui n’a jamais été concrétisé par ses prétendants, la mode ces derniers mois est à la conversion des projets vers l’hôtellerie.

Pierre d’achoppement d’un secteur du tourisme, ô combien déclassé et victime du choix de ses gestionnaires dans cette wilaya, les structures d’accueil sont désormais remises à l’ordre du jour pour maintes raisons, dont la volonté des autorités locales de diversifier les recettes et les créneaux d’investissements viables.

L’exemple le plus édifiant nous parvient des pseudo-partenaires, impliqués pleinement dans une arnaque généralisée, où des projets fictifs ont justifié l’octroi d’assiettes de plusieurs hectares au chef-lieu de la wilaya. Une source très au fait de ce dossier a récemment déclaré à El Watan : «Les recycleurs du foncier viennent de mettre à profit l’indigence qui caractérise le secteur du tourisme à cause de plusieurs facteurs endogènes et autres exogènes mis en relief par plusieurs ministres en visite à Souk Ahras, dont celui de l’Intérieur, pour adopter les nouvelles couleurs, et ce, dans le but évident de ne pas perdre un mètre carré des espaces dilapidés».

Cette même source a cité les noms des entités fictives, à l’origine de plusieurs scandales avérés rapportés par voie de presse et longtemps dénoncés par la population. «Il s’agit dans ces cas précis de personnes non solvables, qui ont réussi bon an mal an à impliquer les autorités locales dans un imbroglio administratif et un autre juridique pour perpétuer l’erreur», a indiqué notre source.

Il est utile de rappeler dans ce même ordre d’idée les assiettes importantes prévues pour un investissement fiable dans les régions de M’daourouch et Bir-Bouhouch, deux daïras prometteuses dans le domaine et qui font l’objet, à leur tour, d’une irréversible avancée des pseudo investisseurs, qui semblent aguerris dans la voie de l’arnaque.

Lors d’une visite officielle, des habitants desdites daïras n’ont pas ménagé les auteurs de cette vague à peine déguisée de récupération du foncier étatique, qui jouissent, croit-on savoir, d’une pléthore de courtiers et de courtisans qui réussissent tant bien que mal à faire avaler la couleuvre auprès de qui de droit.

Le nombre d’hôtels se compte encore sur les doigts d’un manchot et le retour en force d’investisseurs qui promettent monts et merveilles pour exhiber un mois après la carte d’identité et l’eau du robinet comme garanties n’arrange que les auteurs de l’arnaque et leurs protecteurs.


 

Abderrahmane Djafri
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie