Régions Centre Alger
 

Le tronçon Aïn Naâdja-Birkhadem : Un no man’s land

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.03.18 | 12h00 Réagissez

Le tronçon Aïn Naâdja-Birkhadem, qui juxtapose la clôture du siège du commandement des forces terrestres, semble être un no man’s land et pour cause, il échappe à toute autorité sécuritaire.

Un professeur d’université s’est retrouvé coincé dans une mésaventure. En date du 18 février dernier, stationné sur ce chemin, son véhicule a fait l’objet de la destruction de la vitre arrière et du vol de documents personnels. Pressé de déposer une plainte auprès du commissariat de police le plus proche, à savoir celui qui se trouve près de la mosquée/château d’eau, celui-ci a refusé, arguant de son incompétence territoriale, suggérant de se rapprocher de la gendarmerie de Jolie Vue.

Prenant son mal en patience, il s’adressa à la brigade de Jolie Vue, où il a eu la même réponse. Peine perdue, le jour suivant, il prit contact avec la gendarmerie de Zonka (Birkhadem), qui a avancé elle aussi son incompétence.

Orienté vers le commissariat Nassim (Gué de Constantine), ce dernier refuse d’enregistrer la plainte. Le procureur de la République de Hussein Dey reste le dernier pour mettre un terme à cette mésaventure. Bien que le cas ait été pris en charge après 16 jours de non-assistance, il n’en demeure pas moins que le problème sera toujours posé.       

 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie