Pages hebdo France-actu
 

Nacer Kettane, une personnalité qualifiée du CESE

«Une francophonie multilatérale renouvelée doit voir le jour»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 20.03.18 | 12h00 Réagissez

Alors que le Conseil économique, social et environnemental français (CESE) organise aujourd’hui une journée sur «La francophonie dans tous ses états», partant du constat que la francophonie institutionnelle est trop liée à la diplomatie et trop rigide, Nacer Kettane, personnalité qualifiée du CESE, préconise un nouveau concept, celui d’«une francophonie multilatérale renouvelée». 

Ce nouveau concept est développé dans le rapport du CESE, qui suggère que «la société civile francophone transnationale soit associée à la gouvernance de la francophonie», dans son rapport  sur Le rôle de la France dans une francophonie dynamique.

Il permettrait ainsi aux Etats, groupes, individus  de ne pas être prisonniers du carcan institutionnel et leur donnerait une liberté d’action pour agir et réaliser leurs projets, nous affirme Nacer Kettane, laissant entendre que c’est là  «une démarche interactive», qui se nourrit des apports extérieurs.

Aussi, propose-t-il dans un avis repris dans le rapport du CESE, qu’«une francophonie multilatérale renouvelée doit voir le jour», après avoir constaté que «la francophonie institutionnelle y est vécue comme relevant d’un ’tout ou rien’ rigide qui effraie et tient à distance des pays qui pourtant aimeraient ‘choisir’  leur tempo et leur menu». «C’est pourquoi, la notion de francophilie active pourrait s’appliquer à des engagements ponctuels, plus ou moins renouvelés dans le temps, qui peuvent se constituer en tant que tels ou rejoindre éventuellement un cadre plus élargi : celui de la francophonie traditionnelle».

«La francophilie active constituerait alors un ‘espace porte’ où le pays, l’acteur, l’institution concernés pourraient choisir forme, fond, calendrier, etc. en toute liberté». «Cette liberté lui confère  alors le statut de décideur de sa propre dynamique. En retour, le bénéfice inestimable alors engrangé par la francophonie  et la France de manière générale permet sans cesse de poser de nouvelles fondations pour de vrais partenariats dont la réciprocité et le respect mutuel créeront la confiance».  

Ce projet de francophonie «dynamique» ou «interactive», porté par la société civile, est «à construire». Le message que veut adresser Nacer Kettane aux Français d’origine algérienne, alors que le CESE organise aujourd’hui, en collaboration avec l’Unesco et l’OIF, la journée de la francophonie dans tous ses états, est de se saisir de la maîtrise de la langue et de la culture françaises sans renier leurs origines. «C’est ce que j’ai dit à de jeunes écoliers binationaux présents à l’Assemblée nationale il y a trois ans», afin «d’aimer Victor  Hugo, l’homme de lettres, et dénoncer le député colonialiste qu’il avait été».

S’il n’oublie pas que  «la France coloniale a assassiné  son grand-père et son oncle», Nacer Kettane ne considère pas la langue française comme son «ennemie». «C’est dans cette langue que je me permets de dénoncer la colonisation de l’Algérie, le pays de mes parents».
Au programme de la journée -parrainée par l’OIF et l’Unesco- qui se déroulera au siège du CESE, une dictée géante ouverte sur un texte extrait de La vie devant soi, de Romain Gary. La dictée, dirigée par Rachid Santaki, sera retransmise par les centres culturels français de Marrakech, Tunis et Alger.

Deux tables rondes réunissant une quinzaine d’auteurs, dont Azouz Begag, Salah Guemriche, Nadir Dendoune et Akli Tadjer sur les thèmes «Du Maghreb à l’Orient, la littérature francophone dans tous ses états» et «La langue française qu’on se choisit» sont prévues, ainsi que des plateaux de Beur FM, France 24 et TV5 Monde, qui diffuseront l’intégralité du programme et réaliseront des interviews, des  échanges avec les auteurs et des tables rondes.

Une scène vivante avec des chanteurs, parmi lesquels le groupe Djurdjura, les conteurs Moussa Lebkiri, Kamel Zaoui, Nora Aceval et Nova Kerkeb et une lecture de textes en hommage aux femmes de lettres algériennes Taos Amrouche et Assia Djebar, des sociologues et féministes, marocaine, Fatima Mernissi, et égyptienne, Nawal Essaadaoui. Une exposition photos de l’artiste Jane Bee sera accessible tout au long de la journée en sa présence.

Nadjia Bouzeghrane
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie