Pages hebdo France-actu
 

Controverse sur la laïcité

La profession de foi de Macron

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.04.18 | 12h00 Réagissez

 
	Les remous suscités sur une laïcité qui serait menacée, après la conférence du président Macron chez les catholiques, ne peuvent masquer le contenu inédit de l’échange, notamment sur le sujet de la protection des migrants.
Les remous suscités sur une laïcité qui serait...


Lyon
De notre correspondant
 

De la même façon que lors de la réunion de la fin d’année 2017, où le président Emmanuel Macron avait rencontré l’ensemble des représentants des religions présentes sur le sol français, la rencontre entre l’Eglise catholique et le président de la République, la semaine dernière, rentrera dans les annales comme un contact fort entre puissance temporelle et puissance spirituelle, appelées à collaborer.

C’est ce qu’a compris Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France.

Dans son discours d’accueil au collège des Bernardins, le prélat, connu pour ses prises de position humanistes, a notamment rappelé au premier magistrat la question des migrants, thème totalement d’actualité ces dernières années, et plus encore au moment où de nombreuses associations, dont des mouvements liés à l’Eglise, se sont engagées en rupture avec les propositions gouvernementales en la matière.

Ainsi, alors que la nouvelle loi est en discussion au Parlement, les états généraux des migrations sont mis en place, dans lesquels l’Eglise est partie prenante, dans le sillage du pape François, dont c’est un des terrains réitérés d’intervention.

Dans son apostrophe au Président, l’archevêque a insisté sur l’idée que l’Eglise catholique prend sa «part dans l’avènement d’une société juste, fraternelle et solidaire grâce au dynamisme et à l’engagement de nos fidèles actifs dans la vie de la société».

A l’inverse du monde moderne, «notre but n’est pas de chercher à satisfaire des intérêts particuliers. Nous sommes habités par le souci des plus défavorisés, des victimes des aléas de la vie, de ceux et celles qui n’ont aucune perspective pour leur avenir».

Plus précisément, il a parlé de la «dimension de l’accueil que nous avons à l’esprit lorsque nous évoquons la question des flux migratoires qui marquent et marqueront encore notre temps (… ) Nous mesurons combien ce discours est parfois difficile à entendre et combien peut être forte la tentation du repli.

Ensemble nous pourrons faire en sorte que l’accueil de celui qui frappe à notre porte fasse l’objet d’un consensus dans l’opinion publique et pas uniquement dans le monde associatif. Permettez-moi d’ajouter que le nombre de mineurs, isolés et fragilisés nous touche profondément. Ils sont souvent partis avec l’idée de pouvoir aider matériellement leur famille.

Et voilà qu’ils se trouvent dans des réalités difficiles, ou même hostiles. Souvent même ils sont la proie de passeurs sans âme. L’Europe n’arrive pas à regarder ensemble ce phénomène.

Trop de repli sur soi ou de peurs entretenues empêchent l’élaboration de projets solidaires, accueillants et raisonnables».

Le prélat continua sur un registre plus politique, et même géopolitique, en estimant que les nombreux drames dans le monde «ont été attisés par des déstabilisations violentes et diverses. Ils font beaucoup de victimes civiles et aucun consensus politique des grandes puissances ne permet de trouver les issues politiques, seules porteuses d’avenir».

«Dans une tension éthique permanente»

Evidemment, parmi d’autres sujets, comme celui de la laïcité, dont il ne prétend pas remettre en question le bien-fondé en discutant avec les catholiques, le président Emmanuel Macron a répondu qu’une «Eglise prétendant se désintéresser des questions temporelles n’irait pas au bout de sa vocation (…) Un président de la République prétendant se désintéresser de l’Eglise et des catholiques manquerait à son devoir (…)

Sur les migrants, on nous reproche parfois de ne pas accueillir avec assez de générosité ni de douceur, de laisser s’installer des cas préoccupants dans les centres de rétention, ou de refouler les mineurs isolés.

On nous accuse même de laisser prospérer des violences policières. Mais à dire vrai, que sommes-nous en train de faire ? Nous tentons dans l’urgence de mettre un terme à des situations dont nous avons hérité et qui se développent à cause de l’absence de règles, de leur mauvaise application, ou de leur mauvaise qualité – et je pense ici aux délais de traitement administratif mais aussi aux conditions d’octroi du titre de réfugié».

Le président Macron, loin du discours humaniste de Mgr, Georges Pontier, s’en est tenu au volet juridique de cette question migratoire : «Notre travail, celui que conduit chaque jour le ministre d’Etat (Gérard Collomb), est de sortir du flou juridique des gens qui s’y égarent et qui espèrent, en vain, qui tentent de reconstruire quelque chose ici, puis sont expulsés, pendant que d’autres, qui pourraient faire leur vie chez nous, souffrent de conditions d’accueil dégradées dans des centres débordés. C’est la conciliation du droit et de l’humanité que nous tentons. (…)

C’est le cap de cet humanisme réaliste que j’ai fixé. Il y aura toujours des situations difficiles. Il y aura parfois des situations inacceptables et il nous faudra à chaque fois ensemble tout faire pour les résoudre.»

Poussé en cela par l’archevêque de Marseille, le président Macron fit cependant ce qui ressemble à un mea culpa : «Notre exigence est justement dans une tension éthique permanente de tenir ces principes, celui d’un humanisme qui est le nôtre et de ne rien renoncer en particulier pour protéger les réfugiés, c’est notre devoir moral et c’est inscrit dans notre Constitution (…)

C’est bien parce que nous avons à tenir ces principes, parfois contradictoires, dans une tension constante, que j’ai voulu que nous portions cet humanisme réaliste et que je l’assume pleinement devant vous».
 

Walid Mebarek
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie