Pages hebdo France-actu
 

Généalogie des villes d’Algérie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.04.18 | 12h00 Réagissez

Les éditions Riveneuve (Paris) viennent d’éditer Généalogie des villes d’Algérie.

Voyage au cœur des civilisations, par Leïla Latrèche, préface de Denis Bauchard. «Les villes algériennes ont connu tout au long de l’histoire des appellations différentes depuis l’écriture libyque et le ‘‘libyco-berbère’’ et leurs contacts avec le punique, le grec, le latin, l’arabe, l’espagnol, le turc, le français, langues de tous les conquérants et occupants de cet espace géographique devenue Algérie», lit-on dans la présentation.

«L’ouvrage présente ainsi un triple intérêt: géographique, historique et linguistique. Six générations de villes se sont succédé depuis l’Antiquité : berbères, phéniciennes et carthaginoises, romaines et byzantines, arabes et ottomanes, françaises avant les nouvelles nominations et les villes nouvelles d’après 1962.

C’est à un véritable voyage à travers l’histoire que l’auteure invite, en rappelant sans cesse les racines berbères, arabes, turques, puniques, françaises ou encore grecques des différents lieux rencontrés».

Leïla Latreche est docteur en géopolitique, spécialisée dans les relations internationales. Denis Bauchard a été ambassadeur de France en Jordanie et au Canada. Il a présidé l’Institut du monde arabe de 2002 à 2004, avant de devenir consultant pour l’Institut français des relations internationales (IFRI). Karim Chaïbi est cartographe.

Le nouvel opus politique de Mohamed Benchicou

Un autre livre paraît dans la même maison d’édition, Le mystère Bouteflika, radioscopie d’un chef d’État, par notre confrère Mohamed Benchicou, dans cet ouvrage d’analyse politique, il déclare : «Oui, il y a bien un Président, mais un Président qui ne reçoit personne, qui ne s’adresse plus au peuple depuis sept années, un président qu’on cache, qu’on ne sort que dans les grandes occasions, le temps de quelques photos, histoire de prouver qu’il est encore en vie». «Cet homme n’est pas un roi, ce pays n’est pas une monarchie, on dit même que ce n’est pas une dictature.

Alors comment expliquer le mystère Bouteflika ?»

Mohamed Benchicou sera notamment sur TV5 Monde le dimanche 22 avril à 19h (heure algérienne) dans l’émission Maghreb Orient Express.

Par ailleurs, la chanteuse algérienne, Lina Doran, chantera à l’Olympia de Paris vendredi 20 avril.

Elle sera l’invitée de la Libanaise Carole Samaha. Ce sera l’occasion pour celle qui est surnommée «La Amy Winehouse algérienne» sur les réseaux sociaux de chanter son nouvel EP In the dark.

C’est la deuxième fois que la productrice Safa Aïchi de S-events invite Lina Doran en première partie d’un concert dans la mythique salle parisienne.

Elle voit en Lina Doran «un souffle de fraîcheur» dans le paysage de la pop music et souhaite miser sur elle tant dans le domaine du spectacle que dans celui de la production musicale. Sur scène, la voix soul et les textes en français/arabe/anglais de la jeune chanteuse seront habillés par les arrangements pop-electro de Stan. Après l’Olympia, Lina Doran sera ravie de venir en Algérie retrouver son public.
 

Walid Mebarek
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...