Edito
 

La transmission du… pouvoir

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.05.18 | 12h00 Réagissez


C’est lassant de parler de Ould Abbès et de ses bourdes, mais ce qu'il dit souvent est «utile», car cela aide à percer les fameux secrets du pouvoir, notamment ceux liés à la personne de Abdelaziz Bouteflika et à la fonction présidentielle. Sa toute dernière déclaration est une merveille, résumant toutes ses déclarations antérieures : «Le candidat du FLN (Bouteflika) remportera la présidentielle de 2019, puis celles de 2024 et de 2029. Après Boutefllika, la relève sera assurée par nos fils et nos neveux.» Avec certitude et sans nuances, le secrétaire général du FLN annonce que les cartes sont jouées et que, dans une année, ce sera Bouteflika qui se succédera à lui-même. Il sait que le moment voulu, le système en place pèsera de tout son poids pour assurer la réélection du président-candidat par les voies  qui ont toujours fait leurs preuves. D’abord par la mobilisation au profit du «candidat du régime» des moyens colossaux de l’Etat, lequel n’est ni autonome, ni neutre, se confondant «naturellement» avec le pouvoir politique. Il en est l’émanation et il le sert fidèlement.

Seront de nouveau mobilisés les différentes administrations nationales et locales, les médias publics lourds et la multitude d’organismes et d’associations tributaires des subventions publiques. Sans compter les partis politiques gravitant «traditionnellement» autour de ce système qui en espèrent toujours des retombées positives pour eux, au moins quelques voix aux assemblées élues. L’autre pratique à laquelle pense Ould Abbès, sans qu'il le dise évidemment, sera le recours à la fraude électorale. Celle-ci a tellement servi le système qu'il n’y aura aucune raison de s’en priver. Elle sera utile le moment voulu. Bouteflika ne devra être gêné par aucun candidat, à charge pour les fraudeurs d’écarter de la course les solides adversaires ou de leur couper l’herbe sous le pied durant la compétition.

Aux yeux du fantasque secrétaire général du FLN, digne successeur de Amar Saadani pour ses frasques et sa servilité, l’élection d’avril 2019 n’aura de sens que si elle vient plébisciter d’une manière massive le président-candidat. Il exhibe les bilans des réalisations depuis 1999 : la paix par le biais de la réconciliation nationale, l’autoroute Est-Ouest, la Grande Mosquée d’Alger, les larges subventions de biens et de services de consommation, les infrastructures… A coups de tableaux chiffrés mais soigneusement expurgés de leur face cachée : les milliards partis dans la corruption, le gaspillage, la démesure, les malfaçons, etc., la grave crise économique et financière installée depuis 2014, ignorée ou minimisée, notamment le choix porté sur l’essor de la rente depuis 1999 dans le but de satisfaire les clientèles du régime politique et gagner la paix sociale.

Cela au détriment de la construction d’une véritable économie productive qui aurait sorti l’Algérie de la dépendance pétrolière. Le résultat a été l’appauvrissement du pays et de sa population, celle-ci poussée, par la force de la loi, à supporter tout le poids de la crise. Ould Abbès ne s’arrête pas en si «bon chemin». De son point de vue, le «bouteflikisme» perdurera bien après 2019 et sera présent en force dans les présidentielles 2024 et 2029 au profit «des enfants et des neveux» du système, donc des dirigeants, des partisans et des courtisans. Si pour l’éminent sociologue Bourdieu, la position sociale et culturelle des parents est un héritage pour les enfants, pour Ould Abbès – à ne pas rapprocher du chercheur – la position politique des parents (dans le système Bouteflika) assure la transmission des privilèges, voire de leur gène politique. A enseigner dans nos futures académies…

Ali Bahmane
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...