A la une Economie
 

Pétrole : Les cours au plus haut depuis fin 2014

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 14.04.18 | 12h00 Réagissez

Les prix du pétrole progressaient hier en cours d'échanges européens, le WTI atteignant un nouveau sommet en plus de trois ans, en raison du risque géopolitique et après le rapport mensuel de l'AIE.

Hier, vers 10h GMT, le baril de brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 72,32 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 30 cents par rapport à la clôture de jeudi. Il évolue non loin de son plus haut de mercredi à 73,01 dollars. Selon les analystes, le marché pétrolier avait les yeux rivés sur la Syrie et le risque de frappes militaires, avec des craintes d'escalade entre les Etats-Unis et la Russie.

Aussi, les tirs de missiles sur l'Arabie Saoudite, depuis le Yémen, n'ont rien arrangé. Il faut dire également que les prix n'étaient pas seulement tirés vers le haut par le contexte géopolitique, mais aussi par les fondamentaux, si l'on en croit de récents rapports dont celui de l’Opep. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole a indiqué, jeudi, que l'excédent de stocks de pétrole mondiaux est en passe d'être résorbé grâce à la forte demande et à la baisse de sa production.

«Les stocks de pétrole dans les pays développés ont baissé de 17,4 millions de barils par jour en février à 2,854 milliards de bpj, soit 43 millions de bpj seulement au-dessus de leur moyenne sur cinq ans», précise le rapport de l’Opep. Et de souligner que «la prévision de solide croissance mondiale pour 2018, les données positives des ventes automobiles des derniers mois et la hausse de la consommation de produits pétroliers aux Etats-Unis, en janvier, devraient soutenir la demande d'essence et de produits distillés».

L’Organisation a indiqué, par ailleurs, que les taux de conformité à l'accord de plafonnement élevés devraient renforcer la stabilité du marché et soutenir les marchés du brut et des autres produits pétroliers dans les mois à venir. «Nous sommes parvenus à un taux de conformité de plus de 150%», a précisé le secrétaire général de l'Organisation, Mohammed Barkindo, dans une interview à Reuters.

Il a ajouté s'attendre à ce que le marché pétrolier mondial se rééquilibre entre les deuxième et troisième trimestres, soit plus tôt que prévu. L'accord d'encadrement de la production entre l'Opep et ses alliés est entré en vigueur le 1er janvier 2017 et court jusqu'à la fin 2018. Le cartel discutera des prochaines étapes lors de sa réunion à Vienne en juin.         

L. M.
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie